Rechercher
  • Manon Szwarcberg

CIVIS PRÉSENTE #5 - LÉOPOLD SEDAR SENGHOR

Mis à jour : 30 déc. 2019



Né en 1906 au Sénégal, on célèbre aujourd’hui le dix-neuvième anniversaire de sa mort.

Poète et écrivain mais également homme politique. D’abord député dans la France coloniale avant de devenir le premier président du Sénégal en 1960, son engagement est double, s’il s’inscrit surtout au travers de la poésie, influencé par la culture afro-américaine des années 1930, Senghor mène à la fois un combat culturel et politique


Une implication partagée par l’écrivain et homme politique antillais Aimé Césaire ou encore le guyanais Léon Gontron Damas, pères fondateurs du mouvement de la Négritude, courant qui se veut moteur de la libération culturelle et politique de l’Afrique et des Caraïbes.

La négritude est un néologisme que Senghor définit en 1934 dans L’Étudiant noir, revue dont qu’il a crée avec Cesaire, « La Négritude est la simple reconnaissance du fait d’être Noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture ».


« Ma Négritude point n’est sommeil de la race mais soleil de l’âme, ma négritude vue et vie

Ma Négritude est truelle à la main, est lance au poing

Réécade. Il n’est question de boire, de manger l’instant qui passe

Tant pis si je m’attendris sur les roses du Cap-Vert !

Ma tâche est d ‘éveiller mon peuple aux futurs flamboyants

Ma joie de créer des images pour le nourrir, ô lumières rythmées de la Parole ! »


Ces lignes de Léopold Sédar Senghor se révèlent particulièrement criantes de l’engagement qui caractérise celui qu’on a surnommé le président poète.


Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte de cet homme extraordinaire vous pouvez lire ses nombreux écrits, notamment ceux sur la Négritude.


Nous vous proposons également de regarder cet extrait d’Aimé Césaire parlant justement de Senghor https://www.ina.fr/video/I05329806


2 vues

Contact

07 50 97 53 03

civispodcast@gmail.com

Nous suivre 

Avec le soutien du